À propos

Star Wars : L’héritage du cercle est un projet se déroulant dans l’univers de Star Wars, fait par des fans et pour la communauté Star Wars. Les droits appartiennent à Disney et en aucun cas de l’argent ne sera généré à des fins lucratives.

Initialement prévu pour être un moyen métrage, le projet se veut désormais être une mini série de huit épisodes.

L’histoire se déroule entre les épisodes III et IV de Star Wars. Sous le règne de l’Empire, nous découvrons une nouvelle histoire, de nouveaux personnages et de nouvelles planètes. Le premier épisode ou épisode pilote présente la chute de la planète Ordéa par les forces impériales. Il va permettre de mettre en place l’intrigue et les personnages.

Le projet est orchestré de manière à préparer les nombreux aspects de l’Univers de Star Wars.
Les acteurs sont entrainés au maniement du sabre laser, les accessoires et les costumes sont fabriqués par des professionnels.
Les dialogues et les répliques sont retravaillés afin de coller au mieux au style de Star Wars.

« Depuis leur disparition, les Jedi sont idéalisés, on les considère comme des dieux, mais si on oublie le mythe et qu’on juge les actes, l’héritage des Jedi est un échec. Hypocrisie, orgueil… »

Luke Skywalker, Les Derniers Jedi

Note d’intention du réalisateur :

C’est un peu la phrase qui m’a donné envie de raconter cette histoire, d’inclure le Cercle Silencieux comme l’exemple concret des échecs des Jedi, autant dans leur philosophie que dans leurs mœurs et coutumes.

L’idée de faire apparaître Vador comme l’antagoniste inarrêtable permet de continuellement proposer un climat anxiogène autant pour les personnages que pour le spectateur. On connait Vador, on sait de quoi il est capable et ses motivations.

Les personnages d’Erran et de Talya sont jeunes, ils représentent à la fois l’espoir mais aussi incarnent une vision de la jeunesse dans une galaxie totalitariste.

Proposé à partir d’idées mélangeant la Seconde Guerre Mondiale et les évènements déjà existant de Star Wars, l’arc des deux personnages se veut tragiquement stoppé alors qu’ils sont enfin en phase l’un avec l’autre.

Les apparitions de l’Empire se veulent brèves mais la sensation de danger à proximité se fait constamment ressentir.

Les personnages du Cercle Silencieux et tout particulièrement Sira Gon Mess (aka Zaho) sont la représentation d’une idéalisation des Jedi. Ils sont représentés comme des Jedi, ils aspirent à leur mode de vie et leurs arts, ils ne sont pourtant que des parias ou des mercenaires.

La dimension tragédie grecque du héros (J.Campbell, le héros aux mille visages.) nous apprend que quelque soit son parcours, le héros va subir des échecs. Les échecs sont au centre de l’Histoire. Erran va d’échec en échec, réalisant et déconstruisant tout son passé.

Le but étant clairement de montrer que l’espoir n’est pas qu’un mot, c’est un combat. En acceptant qui ils sont en tant qu’être vivants, les personnages progressent plus qu’en suivant leur chemin sensé et logique.